3848

Quelles solutions pour gérer le stress du patient ?

Nous avons vu les différentes situation de stress en générales et leurs applications à l’univers de la dentisterie ou plus scientifiquement de l’odontologie. La phobie du dentiste est en fait une forme aiguë du stress du patient.

 gestion du stress pour les patients phobiques

Comment gérer ce stress ?

Il faut à la fois rendre plus confortable les soins dentaires stressant pour tout le monde (patient potentiel des dentistes) et en particulier pour ceux qui ont une réponse exacerbée aux hormones de stress générant une peur viscérale, voir une vraie phobie du dentiste, mais aussi pour les dentistes eux-mêmes qui absorbent le stress de leurs patients en plus de celui qu’ils subissent quotidiennement au cours de l’administration de leur exercice.

Tout cela rend le cabinet dentaire le “temple du stress généralisé” !

Les suisses autant que les français et l’ensemble de la population sont encore très nombreux à avoir peur d’aller chez le dentiste au point de ne pas se faire soigner.

Pour cette raison, on estime qu’un tiers d’entre eux on renoncé aux soins dentaires.

Or les soins dentaires même chirurgicaux sont loin d’être aussi douloureux et invasifs que ceux pratiqués en chirurgie générale ou même esthétique ou dans d’autres spécialités médicales. Pour ces corps médicaux la question est d’ores et déjà résolue depuis longtemps et elle consiste à pratiquer toutes les formes de sédation que la pharmacopée moderne offre aux médecins anesthésistes.

 

Il existe différentes solutions pour apaiser le patient au cabinet dentaire

  • Les soins dentaires grâce à l’hypnose chez le dentiste ou même l’acupuncture. Les soins dentaires grâce à la  sédation consciente grâce au gaz MEOPA,
  • Les soins dentaires grâce à la sédation inconsciente ou semi consciente grâce au protocole de diazanalgésie réalisé par un médecin anesthésiste.
  • Les soins dentaires grâce à la sédation comateuse sous anesthésie générale réalisé par un médecin anesthésiste.

 

Ces techniques mettent tout le monde d’accord puisque le patient est totalement relaxé voir complètement endormi ou même, dans les cas extrême plongé dans un coma de type 1 ou 2 comme l’anesthésie générale.

Le dentiste peut alors pratiquer tranquillement, sans stress ni perte de temps, toutes sortes d’actes des plus simples au plus invasifs et douloureux sans déranger son patient qui dort du sommeil du juste !

Voir toutes les techniques de sédation dans le chapitre « solutions pour dentophobiques »

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

PARTAGER LES INFORMATIONS DE CETTE PAGE